Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2006

David Lynch: fureur et mystère

medium_intheredroom.2.jpg

 

Si j’emprunte le titre de cette note à celui d’un recueil de poésie du grand René Char ça n’est pas par hasard ou par simple effet de style… Toute l’œuvre de Lynch suinte d’une terrible et lumineuse beauté poétique.

Les contrastes sont partout et d’autant plus extrêmes qu’entre leurs termes, entre les célèbres Twin Peaks d’intensité opposée, entre la brune ténébreuse, le charme vénéneux des nuits interlopes où s’immisce l’ombre du crime et cette blonde pure et presque candide en surface, cette jolie lauréate de concours de beauté (Laura Palmer) sous le soleil nostalgique d’une vie de province bien tranquille, circule comme le perfide serpent de la genèse un arc électrique qui vous fouette littéralement l’âme, qui la fait délicieusement reculer d’effrois devant l’incommensurable abîme ainsi offert à la vision du spectateur investi de la délicate mission de découvreur… Car le nouveau monde est bien là, presque à sa portée. A portée du regard en tout cas… Le monde des dieux terribles aux visages voilés, qui ne daignent communiquer qu’à travers d’étranges messagers mythiques, nains en costume aux couleurs de l’aurore, géant au crâne néolithique ou enfant magicien. Sorcière berçant son enfant bûche enfanté de la terre noire des rêves, celle où se dissimule d’étranges cryptes aux murs voilés de rouge… Etres au corps mutilé qui ont dans d’autres dimensions les pouvoirs que la réalité leur a ôtés… Méchants à la face d’ogres mythologiques dont seule la noirceur d’âme caricaturale s’avère capable de défoncer comme un bélier les murs cendreux du cauchemar.

Bienvenue sur la Lost highway. L’autoroute sur laquelle la sensation de vitesse ou peut-être de chute sans fin sous le soleil de minuit procure l’ambivalente extase. 

 

medium_lodge.2.jpg 
Twin Peaks: la red room

Commentaires

Meme si je ne suis pas connaisseur de Lynch, le peu que je connais me subjugue. Lost Highway et Mulholand drive sont des films que j'ai adoré.

++ OJve

Écrit par : ojve | 03/03/2006

Dans ce cas je n'aurai qu'un seul conseil à te donner: file au plus vite sur Amazon ou ds un video club et mate les tous!!! Tu ne seras sûrement pas déçu du voyage!! Sans oublier le plus étrange et le plus lynchéen de la liste, son premier chef d'oeuvre: Eraserhead...

Écrit par : Max Lector | 03/03/2006

Les commentaires sont fermés.