Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2006

Le cinéma de Laurent Vayriot

medium_making_20of_2016_jpg.2.jpg

 

L’été dernier, déambulant au fil d’un forum très Minneapolis sound, je remarquai qu’au cœur de la nuit peu d’individus squattaient la bande passante si ce n’était un certain Mescal… Dans la signature de ses messages jamais dépourvus d’humour l’adresse d’un site presque éponyme : http://www.mescalitospictures.com/Htms/accueil.htm  Par simple curiosité je m’y rends et réalise que le sieur Mescal de son vrai nom Laurent Vayriot est cinéaste et qu’il a déjà à son actif trois courts métrages qu’il a écrits, produits et réalisés… Dans la foulée me voilà en train de télécharger sur le site son court intitulé La choisie… Puis, sans conviction particulière, je commence à mater l’objet. Et là… Je réalise… Je réalise que c’est vraiment pas mal… Mieux que ça… Ce court est magnifique. Envoûtant par cette photographie somptueuse faite de forts contrastes noir et blanc, de clairs obscurs magnifiques suggérant une atmosphère onirique et renforcés par des costumes et une architecture médiévale qui évoquent davantage la magie du conte que la référence historique.  Hommage perceptible à Murnau (L’Aurore, Nosferatu, Faust…) On pense aussi à La chute de la maison Usher (Jean Epstein 1928) et à de lointaines influences du film de genre gore (Hellreiser notamment pour les scènes dans l’asile). Putain ! Je me dis que ce gars là a vraiment une patte, un style, une véritable écriture cinématographique !! Ce qui pour moi est toujours le plus important au-delà même du scénario. Les scénarios, Laurent les écrit d’ailleurs aussi lui-même et son penchant pour la chose écrite est largement perceptible dans ses films (rôle principal de l’écrivain en quête d’inspiration dans S’en sortir, le "Livre du Choix" dans La choisie…). Il est aussi musicien. Mais alors vous me direz y sait tout faire c’gars là ou quoi ? De source sûre il est nul au criquet et son manque de dextérité dans l’exécution du tao du « héron ivre » version Kung-fu hung gar style du Nord ne vaut pas tripette (Et oui mec, on peut pas être bon partout alors sans rancune…).

Mais je sens que je m’égare ( pas mon genre pourtant). Laurent c’est un gars loyal, honnête et droit (à moins que ça soit une chanson…). Mais y faut pas non plus le faire chier. Un peu soupe au lait parfois. Et jamais le dernier pour la déconne ça vous pouvez me croire… Bref, un individu assez multi-facettes dont la richesse de la personnalité se retrouve tout naturellement dans ses films :

La noirceur magnifique portée par les thèmes de la folie et de la magie, du conte, qui imprègnent La choisie, dans laquelle on peut voir aussi une certaine allégorie du passage parfois tragiquement manqué d’une adolescence avide de mondes imaginaires à l’âge adulte et à sa frustrante rationalité. Passage que, en l’occurrence, pour la jeune protagoniste de cette sombre histoire, l’on devine avoir été précipité par le traumatisme irréversible d’un viol.   

L’humour grand guignol et un peu trash, à la Dupontel, de Mamie qui, derrière la façade de la simple comédie pose le problème de la vieillesse et du manque de respect parfois manifeste des jeunes générations envers leurs aînés aux cheveux blancs.

Le questionnement sur l’acte de création et sur le désespoir qui guette toujours l’artiste pris en tenaille entre la nécessaire solitude quasi ascétique de son travail et les astreintes d’une vie sociale et en l’occurrence de sa vie de couple, le tout vu sous l’angle de l’ironie, dans S’en sortir.

L’interrogation sur la mort et ses différentes approches culturelles ou individuelles dans le projet de court pour l’instant avorté Euthanamour.

Laurent a également réalisé un clip pour la chanson « Plus personne » du chanteur français PYR et il travaille actuellement sur son plus gros projet : son premier long métrage intitulé L’anniversaire de Mina ! La rentrée en préparation ne devrait plus trop tarder. Mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant si ce n’est qu’il s’agit quand même d’une importante production européenne, voire internationale, pour un thriller psychologique avec peut-être une actrice américaine « bankable » dans le rôle principal… L’avenir d’un nouveau cinéaste français de talent se précise. 

 

Max Lector  

                                                                                                                                    


 

05:50 Publié dans Cinémental | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : Cinéma

Commentaires

Ce que tu écris donne drolement envie d'aller voir mescalito ,
biz

Écrit par : if6 | 01/06/2006

J'espère bien.
show biz ;-)

Écrit par : Max | 01/06/2006

C'est sure, faut le voir, il est génial!

Écrit par : Insolent Verlaine | 03/06/2006

Y paraît aussi que certains de ses collaborateurs sont excellents ;-)

Écrit par : Bêta Max | 05/06/2006

Je ne vois pas de qui tu parles... ;-)

Laurent

Écrit par : Laurent Vayriot | 05/06/2006

Marcelle Lapompe, assistante stagiaire...

Écrit par : Max ***** | 05/06/2006

Tu as raison. Ton blog est super. Je reviendrai, jaimerai avoir un blog comme celui que tu as fais. Waw, excellent, en voila d un point de vue constructif, jadore. J ai quand meme besoin d un peu de temps pour reflechir a tout ca.

Écrit par : Drame | 23/03/2010

Les commentaires sont fermés.