Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2006

Kaléidoscope

 

medium_fractal.JPG

 

Tout était rouge

Red comme la mort

Tout était vert

D’un vert mystère

Lumière bleue

Au bord de tes yeux

Une rage orange

Me rend rêveur

Un soleil blanc

Me lave tout en dedans

Ses rayons ultraviolets

Se lovent dans mon cerveau violent

Une rose bleue

M’égratigne le blanc

Des yeux

L’air est si mauve

Qu’il me rend mou

Je deviens presque fou

Sur mon menton je bave

La nuit tous ces chats gris

Sont ils verts à midi ?

 

03:32 Publié dans Poézizi | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : poésie, littérature

Commentaires

A midi, les chats sont cuits ; préparés à la moutarde jaune de Dijon.

Écrit par : Maïté | 16/11/2006

Elle a des origines chinoises Maïté? (en même temps j'ai jamais vu ses pieds).
Toute façon je préfère la cervelle de teckel en sorbet.

Écrit par : Max | 16/11/2006

ah merde je pensais qu'il y avait une nouvelle nana qui te draguait,
huuum la cervelle de tekel en sorbet, tu nous invites? moi je veux bien faire maité (mais en moins con et sans l'accent)
et toi tu ferais quoi?

Écrit par : if 6 | 16/11/2006

Et en moins grosse ? (que Maïté)
Moi je peux faire Jean-Pierre Coffe, le temps de trouver deux culs de bouteille (de Beaujolais nouveau) pour faire les lunettes.

Écrit par : Max | 17/11/2006

MDRire pour Coffe, qui a l'air autoritaire mais sympa .
bénéficiant d'un poids inversement proportionnel à mon intelligence, les milieux autorisés s'accordent à conclure que je suis une grosse vache (mais classe la vache, elle ne dit aucun gros mots)
comment ça ? ça t'interesse plus d'avoir maité bipbip à ta table?
c'est pas passqu'on est gros qu'on nous aime pas c'est passqu' on est trop heureux et que ça fout la trouille aux gens.
bon giorno.

Écrit par : if6 | 17/11/2006

Sans doute, sans doute...

Écrit par : Max | 17/11/2006

houla max c'est pour rire,
hé ça ne t'amuses pas du tout ce que je dis ?
bon , tant pis ,

Écrit par : if6 | 17/11/2006

J'ai pas dit ça.
Moi, comme Véronique Courjault, j’aime bien la phrase de Jean-Pierre Coffe : "Quand on congèle de la merde, on décongèle de la meeeedre".

P.S: ça marche aussi avec les gros.

Écrit par : Max | 17/11/2006

Les commentaires sont fermés.