Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2006

Satisfait ou remboursé...

 

Pour la plus grande satisfaction des consommateurs, il est désormais de notoriété publique que l’honnêteté des offres commerciales du net est rarement sujette à caution…

 

medium_Suicide2.2.JPG
 

Con con con et encore consommer était devenu la seule manière de vaincre la mort. Manger pour ne pas être à son tour mangé, manger jusqu’à atteindre les honorables formes du Bouddha et sa sagesse sans égale qui lui fait préférer le Quick au Mac Donald.

Entasser des marchandises comme des trésors, des abcès, des tumeurs en forme de croissants au beurre, et des quatre-quatre en forme de corbillards tout terrain, des costards-cravates-camisoles de force, des bijoux bidons et des bidons de boissons à bulles.

Elever des buildings très haut sur les faces réfléchissantes desquels les avions trop narcissiques du désespoir aveugle viendraient se mirer d’un peu trop près.

Lentement se consumer, comme de gentils kamikazes en survêts roses au son du ron ron de la vie évidée.

Foncer vers le néant en souriant, inconscients et contents. Se contenter de compter. Savoir éviter de contempler, de regarder, ce qui ne sort pas du tube de la télé…

Se manger soi-même à la fin. Se grignoter le cerveau, l’assortir avec des ris de veau. Mâcher longtemps avant d’aller, pour y voir clair enfin, sur la lunette des cabinets.

Bienvenue au club.