Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2006

Photo de cul sur la plage...

medium_cul_bouteille2.JPG

 

Ce soir là l’ivresse des sens avait fait place à l’ivresse dans l’indécence… La terre et moi buvions désormais au même goulot. Sous le regard légèrement méprisant d’une mer aux courbes sensuelles mais dont le goût restait trop amer.

La main invisible du Grand Alcoolique Anonyme avait dû la nuit durant agiter sa boîte de sel Baleine au-dessus des flots purs pour que, dégoûtés, la terre et moi son prisonnier, tenus bien à l’écart, nous soyons forcés d’écluser d’autres liquides enfantés des raisins de la sublime déraison.

Sur la plage, je cherchais ma place. Mais le sable ressemblait au sable. Ca allait prendre du temps… Le temps du dernier sablier.

Mes yeux de merlan frit scrutaient l’horizon à la recherche d’un signe… ou à la rigueur d’une mouette.

 Seul maître à bord de mes débordements, je songeais à poser l’ancre pour sortir l’encrier. Naviguer sur une mer de papier buvard, cap au Nord de mes états d’âme anormaux, animé par le seul désir de renaître. Enfin.

Trinquer avec les morts et revenir en riant, au crépuscule, sous le sourire jaune du soleil en croissant de lune. Le sang vineux de la lumière vespérale dessinant sur mon visage les peintures de guerre du grand sioux sexy. Le nez rouge d’un clone de clown habité par des idées très excentriques. Celles-là mêmes qui rendent priapique.

Je fuirai la terre sur mon pédalo … en mâchant des bonbons Haribo.