Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2006

Lève-toi et marche... ou crève!

 

medium_protheses1.6.JPG

 

L’homme qui valait trois milliards, Steve Austin, écoute-t-il du Fifty Cent ? Pour ne pas rouiller effectivement il fut un temps où l’homme bionique  le plus connu de la planète (les personnes du troisième âge portant des appareils auditifs ne sont pas comptabilisées) s’était concocté un programme d’aérobic agrémenté de musique rap histoire de rester jeun’s à la fois de corps, de prothèses et d’esprit. « La trilogie gagnante du nouveau millénaire » comme il aimait bien à le souligner en sirotant son cocktail à base de jus de concombre géant transgénique (un VRP de la firme Monsanto lui en avait vanté les vertus aphrodisiaques et sa peau phosphorescente depuis qu’il en consommait régulièrement faisait sensation aux soirées branchées des retraités de la CIA et du FBI).

Avec l’âge de ses circuits son œil bionique avait certes quelque peu perdu de son acuité, mais les courbes de super Jaimie, qu’il aimait bien mater le soir depuis son ULM quand elle dévissait ses jolies gambettes pour les brancher sur la batterie pendant la nuit, faisaient encore grimper le voltage de sa pompe prostatique ! (Steve avait souhaité un temps obtenir un sexe bionique mais c’était vu répondre par son patron Oscar Goldman acariâtre : « C’est trop cher mon gars et c’est pas parce que je suis juif que j’ai des lingots dans mon frigo ! »).

Coulant désormais des jours heureux dans une résidence cossue de l’Oregon qui lui avait été attribuée par les services secrets du gouvernement américain, Steve Austin caressait néanmoins un rêve secret : créer une fondation pour l’homme nouveau du futur.

Le projet existait déjà avec au programme : courses au ralenti (survêtement rouge exigé pour tous), soulevé d’objets très lourds en émettant un bruit vibrant caractéristique et karaoké en lisant un écran de taille normal situé à 30 mètres (textes des chansons de rappeurs connus).

Mais l’année 2001 va être celle d’une prise de conscience pour notre homme. Culpabilisant de n’avoir su intervenir à temps pour éviter le drame du 11 septembre, se sentant soudain vieillir (son footing quotidien à 90 km/h lui refilait désormais fréquemment des vertiges), il souhaite changer de nom et s’appeler « Grand Corps Démembré » et affiche sa préférence pour les mouvements d’orientations gauchiste et altermondialistes. C’est dans cet état d’esprit qu’il décide également de mettre ces trois membres bioniques ainsi que son œil en vente aux enchères au profit d’œuvres caritatives opérant dans le tiers-monde.

Sa jambe gauche sera secrètement rachetée par Marie-José Pérec qui quelques mois plus tard gagnera haut le pied la médaille d’or des jeux olympiques non officiels de course circulaire (50 tours de poteau) dans l’indifférence médiatique générale.

Néanmoins aux dernières nouvelles, se lassant de son fauteuil roulant et des quolibets de certains passants qui le traitaient régulièrement d’erreur de la nature ou de lépreux (lui comprend laid peureux), Steve Austin aurait finalement racheté de nouveaux membres à des trafiquants d’organes indiens et se serait réfugié dans un paradis fiscal d’Amérique du Sud pour écrire un livre sur la décadence du monde moderne et le culte du corps comme seule solution pour retrouver les vraies racines d’une humanité saine et en bonne santé.

En parallèle il développe une filière de vente de produits dérivés ventage (essentiellement les fameuses poupées à son image en survêt rouge) rachetées dans les marchés aux puces des quatre coins du globe que lui et ses associés (Jonathan et Jennifer les justiciers milliardaires qui depuis leur éviction de la télé vivaient de petits larcins) revendent à prix avantageux sur ebay.

medium_steve1.2.JPG

 

Devenu très croyant depuis la lecture du Capital de Marx (version anglaise traduite par l’église de Scientologie), il prie chaque matin à l’aurore pour qu’un miracle lui redonne la possibilité de jouer au tennis et au golf, de préférence avec une force surhumaine, mais éventuellement avec celle d’un type ordinaire. On lui aurait proposé un fort cachet pour participer à la dernière campagne publicitaire United Colors of Benetton en affichant sur des panneaux son corps nu avec ce bras jaune plus court que l’autre et ces deux jambes noires magnifiques mais inanimées (le chirurgien témoin de Jéhovah qui avait pratiqué la greffe se refusant à recourir à la transfusion sanguine avait utilisé une technique à base de velcro hypoallergique* ne permettant pas le resoudage des nerfs).  

 

*syndrome Bruce Banner : le son du velcro qui se détache peut provoquer de graves crises de tétanie chez des sujets prédisposés.